Archives des luttes des femmes en Algérie

Une parenthèse dans le monde de la thèse pour vous présenter un projet sur lequel j’ai commencé à travailler en mars 2019 : les Archives des luttes des femmes en Algérie, consacré aux archives des mouvements militants et de collectifs de femmes, ou se définissant comme féministes, dans l’Algérie post-indépendance (1962 à aujourd’hui).

Archives personnelles conservées par L. C. : à gauche Abécédaire des luttes des femmes, 1989-1992. À droite Revue les Cahiers du féminisme, n°53, été 1990.

L’envie de numériser des documents issus de mouvements, collectifs et partis politiques des années 1980 – 1990, et de les rendre accessibles, était là depuis quelques années, mais je n’avais pas eu le temps de m’y consacrer. J’avais scanné quelques documents, conservés par ma mère, mais ne les avais jamais publiés. Le soulèvement « du 22 février », et tout ce qu’il a provoqué à un niveau individuel et collectif, a sans doute joué un grand rôle dans la concrétisation de ce projet. Le matin du 8 mars 2019, juste avant d’aller à la marche du vendredi – la troisième depuis le 22 février – je postai ces photographies d’un numéro spécial des Cahiers du féminisme sur les femmes algériennes, paru en 1990, et de l’Abécédaire des luttes des femmes, 1989-1992. Comme un clin d’oeil aux luttes de nos aînées, qui allaient elles aussi marcher ce jour-là, et à l’importante mobilisation de femmes qui était alors attendue, et qui aura effectivement lieu. La page sur facebook a été lancée quelques jours plus tard.

Je travaille désormais avec Saadia Gacem sur ce projet, qui est doctorante et militante. On a été aidées par Rahil Bali et Insaf Bouhafs pour les traductions du français vers l’arabe.

Parallèlement à la thèse, et au-delà de l’objectif de collecte numérique, ce projet est aussi une expérimentation pour explorer la question de la vie sociale et politique des archives. Celle des trajectoires que les archives peuvent prendre dans des contextes différents, au fil du temps et entre les mains de différents acteurs – dont nous faisons partie avec Saadia Gacem, puisque nous agissons sur la trajectoire de ces documents, photographies, revues que nous collectons…

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce projet, je vous invite à consulter la page Facebook et à lire l’entretien que nous avons eu le plaisir d’accorder aux chercheuses Erika Nimis et Marian Nur Goni sur leur blog Fotota. Merci à elles pour cette invitation.