Ali El Kenz – La démocratie et ses risques. Préface de la seconde édition de “Au fil de la crise”, 1991.

Nous partageons ce texte écrit par le sociologue Ali El Kenz (disparu le 1er novembre 2020) pour la préface de la seconde édition de son livre Au fil de la crise. 5 études sur l’Algérie et le monde arabe, paru pour la première fois en 1988 puis réédité en 1993 aux éditions Bouchène. La préface fut rédigée en 1991, mais les observations émises par El Kenz sur l’Algérie de la fin des années 1980 et du début des années 1990, celle de la “brèche” démocratique, ses avertissements et ses suggestions pour faire de cette expérience démocratique un phénomène de société de longue durée, aux bases stables et enracinées dans la société, sont toujours d’actualité, encore plus dans la conjoncture du hirak.

 

La société algérienne ne connaît pas “la demi-mesure” ; c’est là une observation que n’importe lequel d’entre nous peut faire en étudiant les temps forts qui ont marqué l’histoire contemporaine de notre pays. Ici, l’expérience collective a été, à chaque fois, poussée à la limite, entraînant dans un mouvement à la puissance souvent imprévue, les résistances les plus fortes, les obstacles les plus solides. Qu’on se rappelle le mouvement de libération qui arrive très tôt à la nécessité de l’ultime recours, celui de la guerre révolutionnaire ; qu’on se rappelle encore les premières années de l’Indépendance et la poussée impétueuse vers le socialisme autogestionnaire, ou les “Grandes Batailles” du développement que nous connûmes dans les années soixante-dix ; et jusqu’à l’inertie des années quatre-vingt qui paralysa, et là aussi sous sa forme extrême, le corps social dans son entier. Et voilà qu’après Octobre 88, l’expérience de la démocratie fait littéralement irruption, sans crier gare, dans une société qui ne l’attendait pas de sitôt et en tous les cas pas sous ces formes ultimes qui bousculèrent avec une vitesse inattendue les préjugés et les institutions les plus solides de la dictature et du monopartisme.

Toutes ces actions collectives qui ont poussé jusqu’aux frontières de l’extrême l’expérience historique de notre société, ont connu sans exception, et souvent très rapidement, une phase de repli qui s’est toujours traduite par une régression marquée par l’abandon plus ou moins large des “acquis” de la phase ascensionnelle.

En 1962, la guerre révolutionnaire aboutit à l’Indépendance mais aussi à l’effondrement des institutions qui l’ont menée jusqu’au bout. C’est le temps des “Marsiens” et des “Officiers des frontières”, quand le nationalisme libérateur se transforme en nationalisme tout court. En 1965, le socialisme autogestionnaire meurt avec le coup d’État et sera remplacé par l’idéologie du développement qui, sur le moment, “refroidit” la dynamique historique et bloque l’initiative collective. En 1980, c’est le développement lui-même qui est abandonné à son tour au profit d’un vague consumérisme que la chute des revenus pétroliers aura vite fait de pulvériser en projets successifs d’une restructuration incessante mais sans objet.

La réversibilité du temps historique n’est pas spécifique à l’histoire de notre pays ; elle est valable pour toutes les expériences collectives de l’humanité. Après Médine, c’est La Mecque et l’alliance avec les ennemis d’hier ; après 1789 c’est Thermidor; après 1917 c’est 1924. La question n’est pas tant dans le fait de la réversibilité elle-même que dans son analyse et sa mesure. Pour un mouvement social qui “avance” quelles sont les conditions de possibilité de son repli et comment évaluer ex-ante – parce qu’après c’est trop tard – les causes éventuelles du reflux.

S’agissant de l’expérience algérienne, on remarque pour les différents cas indiqués plus haut que les moments de reflux sont toujours facilités par une faible résistance collective à l’inversion du mouvement historique. Certes, on peut expliquer juillet 62 par l’épuisement collectif d’une société durement éprouvée par sept années de guerre ; mais où étaient les autogestionnaires de 65 et que firent les “développementistes” de 80 que l’inversion du cycle historique sembla à chaque fois prendre à froid. En réalité, ils n’étaient nulle part parce qu’encore faiblement constitués en tant qu’“acteurs historiques”, profondément immergés dans le corps de la société, de ses valeurs et de ses pratiques. Et s’effacent alors dans l’oubli les textes fondateurs de leur action. Ces fameuses chartes (de Tripoli, d’Alger et de 1976) qui devaient informer la praxis collective mais qui restèrent “lettre morte” par défaut de socialisation.

Les grandes avancées de notre histoire contemporaine finiront ainsi dans une quasi-indifférence parce qu’elles n’étaient que des brèches que les minorités actives qui les portèrent n’avaient pas réussi, pour de multiples raisons, à transformer en projet collectif.

C’est ce risque structurel qui guette l’expérience démocratique que vit actuellement la société algérienne.

Comment transformer une “brèche”, qu’une conjonction de facteurs a rendu possible et qu’une autre conjoncture peut donc annihiler, en un projet collectif que seul son enracinement populaire pourra inscrire dans la durée historique, à l’abri de ces chocs en retour auxquels nous a habitué l’expérience de notre pays.

La démocratie et ses risques

Comment transformer une “brèche”, qu’une conjonction de facteurs a rendu possible et qu’une autre conjoncture peut donc annihiler, en un projet collectif que seul son enracinement populaire pourra inscrire dans la durée historique, à l’abri de ces chocs en retour auxquels nous a habitué l’expérience de notre pays. Comment donner à l’expérience démocratique que nous vivons aujourd’hui la pesanteur sociale et économique, la profondeur historique et culturelle, la cohérence organisationnelle et politique qui sont les conditions nécessaires – mais non suffisantes – de son irréversibilité et de sa transformation en phénomène de société, naturellement partagé par tous, c’est-à-dire sans contrainte mais aussi sans excès de zèle.

Nous venons en fait de définir ce que peut être l’espace d’une démocratie qui ne soit pas une “brèche” ouverte par une minorité et limitée à la surface des faits sociaux, une “parenthèse” permise par une conjoncture et qu’une autre conjoncture pourra donc refermer, un instant d’illusion dans un temps désenchanté.

Comme on peut le prévoir, cet espace est multidimensionnel, mais déjà quatre de ses dimensions nous paraissent importantes à noter.

  • L’économique

Aucune expérience historique ne peut prétendre à la durée si les individus et les groupes sociaux associés concernés n’y trouvent “leur intérêt” ou ce qu’ils considèrent comme tel. La démocratie qui implique “la participation” politique des gens aux affaires de la cité, suppose par là même un minimum d’intégration économique et sociale qui dote les participants d’un minimum d’égalité. Le développement comme projet d’égalité est la conditions incontournable et en même temps la finalité motrice de la démocratie comme projet de liberté.

  • Le National

C’est dans la nation que se meut l’expérience démocratique et c’est par ce passage obligé qu’elle échouera ou réussira. Ici, plus que dans tout autre cas, la notion de “minorité active” comme porteur de l’expérience est un non-sens. L’universalité du projet libertaire n’a aucune signification historique hors son inscription dans la singularité nationale ; et la culture de la liberté et des droits de l’homme n’a d’avenir collectif que dans la “digestion” de l’immense patrimoine de résistance anticoloniale de notre pays. La brèche démocratique cessera d’être perçue et présentée comme une “greffe” de l’Occident – avec toutes les possibilités de “rejet” que cela implique – quand elle basculera elle-même dans la longue histoire de notre peuple et s’inscrira comme un moment de sa libération, son résultat positif plus que le signe de son échec.

  • Le culturel

C’est dans l’infrastructure culturelle de notre société que l’expérience démocratique pourra s’enchaîner définitivement dans le temps de la longue durée et échapper au cauchemar de la réversibilité. Mais ici plus qu’ailleurs, il n’y a pas de miracle. Pourtant certaines vertus sont nécessaires dont la principale, à nos yeux, est la volonté de persuasion qui s’oppose au pouvoir de la contrainte, ce qui suppose à son tour l’émergence de l’individu (femme ou homme) comme personne, ce noyau culturel du citoyen. Fabriquer le citoyen à partir de la personne plus que l’inverse car l’expérience démocratique ne peut rester l’affaire d’une minorité de militants qui s’agitent dans la superstructure ; elle peut, plus, elle doit devenir, pour éviter de se dessécher dans le politisme professionnel, l’espace de vie de tous.

  • Le politique

Comme on peut le voir, l’expérience démocratique ne peut se limiter à l’espace politique, encore moins au segment partisan de cet espace, et le nombre de partis ne fait rien à l’affaire ; ni surtout mesurer l’étendue de cette expérience. Mais paradoxalement, celle-ci ne peut basculer, pour ensuite s’enraciner, dans le corps de la société que si elle recouvre dans son entier l’espace du politique. En d’autres termes, la démocratie comme expérience politique, et donc comme expérience fragile et réversible, ne peut se transformer en expérience sociale et culturelle collective qu’à la condition de finir son œuvre politique. C’est-à-dire reconstruire à partir de ses règles propres de fonctionnement l’ensemble des pouvoirs ; car c’est cet ensemble qui définit l’État et non un de ses segments.

Ce sont peut être les difficultés à parachever son œuvre proprement politique qui donnent à l’expérience démocratique que nous vivons son style particulier : beaucoup de conviction chez ses militants mais un faible pouvoir de persuasion auprès des autres, d’où le sentiment chez les premiers de la fragilité de leur action et l’inquiétude de la réversibilité ; beaucoup d’impétuosité dans la démarche, mais là aussi accompagnée d’un formalisme procédurier et d’un juridisme qui “tournent autour du pot” ; enfin, un intense activisme mais qui cache mal l’absence de projet alternatif global. Pourtant le défi est là et les enjeux sont clairs. La reconstruction collective de l’État est le passage obligé de la métamorphose de la démocratie comme expérience politique en projet collectif multidimensionnel. Et parce que cette première œuvre est fondatrice, plus large sera l’action collective, plus profondes seront les fondations qui en assureront la stabilité.

Ali el Kenz, Alger, mai 1991.

 

Pour en savoir plus sur la trajectoire de Ali El Kenz et son travail, voici trois articles publiés dans le média 24H DZ : Le sociologue Ali El Kenz s’en est allé…Un texte inédit de Ali El Kenz : le futur antérieur de notre présent  et un entretien de El Kenz avec Noureddine Azzouz À bâtons rompus avec Ali El Kenz : sur la société, la crise et le système “autophage”.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search